Regards sur les Temples de la Franc-maçonnerie

Paris, Les Editions Initiatiques, 1935, in-8, broché, 311 pp. Une tache brune au haut du 1er plat de couverture, dos bruni.

Rare édition originale enrichie d’un envoi autographe signé de l’auteur : « A mon bien cher et vieil ami Arthur Vernes. En témoignage de mon inaltérable amitié et de longues années remplies de souvenirs, joies et pensées vécues en commun et partagées. Dr Camille Savoire. »

Cet ouvrage, publié en 1935 et depuis fort longtemps introuvable, a été réédité aux éditions La Pierre Philosophale en 2015. Le préfacier, Jean-Marc Vivenza, le présente en ces termes :

« Camille Savoire (1869-1951), trop peu connu de nos contemporains, y compris de ceux qui s’intéressent aux questions touchant au monde de l’initiation, joua pourtant un rôle essentiel, pour ne pas dire fondamental et déterminant, dans l’histoire de la franc-maçonnerie française du XXe siècle. […] Grand Commandeur du Grand Collège des Rites du Grand Orient de France, de 1923 à 1935, Camille Savoire, de par ses liens avec le Grand Prieuré Indépendant d’Helvétie, va être à l’origine du réveil du Régime écossais rectifié en France, en mars 1935, ce qui représente une initiative d’une portée historique considérable. Mais bien des aspects de son cheminement initiatique étaient jusqu’à présent totalement ignorés, montrant un intérêt pour le magnétisme, le Martinisme, l’Ordre des Elus Coëns, la Rose-Croix, ceci sans oublier ses rapports avec certains milieux situés au croisement de l’ésotérisme et de la politique, dont l’Ordre de chevalerie de « l’Alpha Galates » lors de la période de l’Occupation.

On découvre donc, en Camille Savoire, un homme d’une prodigieuse richesse, en constante recherche, qui n’hésita pas à entrer en dialogue avec des prêtres et des religieux, demeurant fidèle à sa devise : « Per Caritem Scientam et Rationem ! Pro Patria et humano genera », en ne poursuivant qu’un seul et unique but, l’ouverture de l’esprit au ‘véritable Sanctuaire de l’Initiation’ ».

Nous pouvons compléter ces informations sur l'auteur en rappelant un épisode significatif. Alors qu'il était Grand Commandeur du Grand Collège des Rites au Grand Orient de France, il fit recevoir en réunion rue Cadet, avec tous les honneurs en usage, Spencer Lewis, Grand Maître de l'ordre rosicrucien AMORC, alors que ce dernier était en voyage à Paris. Il faut aussi préciser que le docteur Savoire était le médecin et un familier de la famille Plantard. En 1934, il présenta le jeune Pierre Plantard à Georges Monti et c'est lui qui arriva, en 1936, à son chevet, pour constater le décès.

12 17 025 106
12 17 025 106

Fiche technique

Editeur
Les Editions Initiatiques
Année
1935
Reliure
Livre broché
Langue
Français
280,00 €
TTC