Deux calebasses provenant de l’oratoire particulier du docteur Gérard Encausse (PAPUS)

2 calebasses, motifs de couleur peints à la main, vernis, diamètre 12 cm.

On connait l’importance de ces objets rituéliques et l’on sait que les trois principales figures du cercle martiniste (Guaita, Péladan et Papus) disposaient chacune d’un oratoire, indispensable à leurs rituels et comportant, comme on peut l’observer ici, et également sur l’unique photographie connue de l’oratoire

de Papus, publiée par Arnaud de l’Estoile dans la biographie qu’il consacra à ce personnage, divers objets en lien avec leurs pratiques. Référence est faite à cet oratoire également dans l’ouvrage de Marie-Sophie André et Christophe Beaufils : « Les Rose-Croix kabbalistes Jollivet-Castelot, Siséra, Sédir et Papus s’enfermaient avec ces malheureux dans le petit oratoire décoré de pentacles, pour combattre l’influence néfaste et la chasser si possible. Le rituel de défense contre les attaques astrales était en effet réservé aux Rose-Croix kabbalistes dont la mission était de détruire les œuvres de Goétie par tous les moyens. »

Ces objets forts utilisés en Afrique de l’Ouest dans les rituels occultes sont fabriqués à partir de noix de coco. En Afrique, on place dans ces ustensiles des plantes, d’autres substances ou certains objets qui hébergent les dieux (vodun). Ils servent également aux rituels de certaines sociétés secrètes. On place alors, dans ces réceptacles, l’emblème,  ou toute représentation en rapport avec l’égrégore correspondant. C’est sans doute l’usage réservé aux deux objets proposés ici. Dans l’un est représenté le sceau majeur de la magie salomonienne sur un ciel étoilé, probablement en rapport avec l’Ordre Martiniste. Dans l’autre figure un insigne maçonnique du grade de Maître ou d’élu.

Il faut sans doute rechercher l’origine de ces objets et des pratiques qui y sont reliées dans les enseignements et rituels de Martinez de Pasqually.

12 30 022 002
12 30 022 002
1 500,00 €
TTC