Esprit, Saillies et singularités du P. Castel

A Amsterdam et se trouve à Paris, chez Vincent, 1763, in-12, plein veau de l’époque, dos à nerfs, orné, XXXVI, 394 pp. et 2 pp. de catalogue. Petite restauration aux coiffes, infime restitutions de papier à la page de titre, sans atteinte au texte.

Ce volume offre un singulier intérêt puisque le Père Castel décrit un appareil de son invention (rappelons que parmi les auteurs de référence de ce savant esprit, on trouve Athanasius Kircher), appareil qu’il réalisa et qu’il nomma « Le clavessin pour les yeux », permettant de projeter un « mouvement de couleur qui pouvait paraître et disparaître au gré des doigts posés sur un clavier ». Le dispositif du clavecin oculaire est minutieusement décrit (environ soixante-dix pages de texte lui sont consacrées), dispositif soutenu par certaines analyses portant sur les couleurs en correspondance avec les sons. Il est suivi d’un chapitre sur les couleurs elles-mêmes, sur la comparaison son et couleur et également de deux pages sur un clavecin dédié aux sens. Cette perspective aura séduit J.-K. Huysmans qui transposera cet instrument dans une autre application que l’on trouvera décrite dans son chef-d’œuvre A Rebours : « l’orgue à bouche ». Huysmans, (tout comme ensuite le successeur de Maurice Garçon à la présidence de la Société des Amis de Huysmans, Pierre Lambert), était en possession d’un exemplaire de notre rarissime volume.

Dans La Nouvelle Assemblée des Philosophes chymiques, Claude d’Ygé recense les « ouvrages peu connus, rarement cités par les auteurs contemporains, et ne figurant presque jamais dans les bibliographies modernes sur l’alchimie. Dans ces ouvrages, le chercheur patient et sagace trouvera de précieux renseignements ». Il y indique notamment deux textes du Père Castel : « Mathématique universelle » et « Traité de physique », mais il ne semble pas avoir eu connaissance du présent volume. Celui-ci comporte en introduction une biographie de l’auteur établie par l’un de ses proches qui témoignera dans ce texte des spectacles et projections de la célèbre invention du Père Castel. Elle fait également état de son fort intérêt pour tous les mystères, et comporte un recensement de ses diverses publications. Parmi les nombreux chapitres, consacrés aux miracles, aux facultés de l’âme, aux comparaisons du son et des couleurs, aux propriétés des métaux et notamment du cuivre, etc. etc., on trouvera une analyse et une comparaison des théories de Descartes et de Newton (deux personnages qui tout au long de leur existence eurent un profond intérêt pour les doctrines et la pratique alchimiques). Le chapitre final se compose d’un aphorisme personnel : « Notre vie n’est qu’une épigramme, dont la pointe est la mort ».

12 12 023 009
12 12 023 009

Fiche technique

Editeur
chez Vincent
Année
1763
Reliure
Livre relié
Langue
Français
800,00 €
TTC