Une lettre tapuscrite signée, adressée au Docteur Alexandre Rouhier

Lettre tapuscrite recto-verso, encre noire, format 21 x 27 cm, 54 lignes, signée à la plume (encre bleue), Tampon à en-tête, Laval.

C’est en 1963 que Marius Lepage (1902-1972), alors Vénérable de  la loge « Volney » où il avait reçu le RP jésuite Riquet , évènement qui avait suscité les plus vives polémiques deux années auparavant, démissionne du Grand Orient pour rejoindre la Grande Loge nationale française où il y fonde la loge «  Ambroise Paré » à l’Orient de Laval.

Rédacteur en chef puis directeur de la revue « Le Symbolisme » fondée en 1912 par Oswald Wirth, il écrit le 15 février à son « cher Docteur et ami », Alexandre Rouhier, directeur de la librairie Véga, dépositaire de la revue et des publications des éditions du Symbolisme. Il expose tout d’abord un écart de comptabilité entre les virements du Dr Rouhier et ses propres écritures : «  Vous m’excuserez de surcharger « vos gopis »  avec ces détails assurément  sordides mais mon Soleil au dernier degré de la Vierge me torture quand je ne comprends pas exactement mes comptes. Et comme vous ne voulez quand même pas ma mort prématurée… ». Marius Lepage prévoit de publier un article en réponse aux attaques à peine dissimulées d’Eugène Canseliet à l’encontre d’Alexandre Rouhier et de Jules Boucher, au sein de sa « Réponse à un réquisitoire », qui fait suite à l’article de Robert Ambelain intitulé « Dossier Fulcanelli » (le tout in Les Cahiers de l a Tour Saint-Jacques IX) : « Mais revenons à Jules Boucher […] L’une de ses farces grossières […] m’éloigna résolument du maniaque et d’un libraire occultiste de la rive gauche, son conseiller prudent et damné commensal ». Avec humour, Marius Lepage écrit à son ami : « Dans la rubrique bibliographique du prochain numéro du "Symbolisme", je ne dis pas grand bien, au contraire, du dernier numéro de "la Tour Saint-Jacques" sur la parapsychologie et autres "ologismes".- Mais, j'y ai relevé une sorte de règlement de comptes entre Canseliet & Cie à propos de Fulcanelli, où j'ai vu qu'un certain libraire de la rive gauche était, en fait, 1' « animateur » des petites méchancetés dont le malheureux Jules Boucher se rendait très inconsciemment coupable.- Connaîtriez-vous, par un pur hasard, bien sûr, ce diabolique personnage - que je suppose barbichu, sinon les pieds cornus - dont le nom n'est pas fourni en clair ? Je traite d'ailleurs l'ensemble de ce numéro avec le mépris souverain qu'il me paraît mériter.- Il n'est pas digne de la plupart des autres numéros, même de celui sur Madame Guyau (sic) qui m’avait déjà laissé rêveur. » Document précieux.

12 28 021 004
12 28 021 004
450,00 €
TTC