Nouveau système sur la Mythologie

Dijon, imprimerie de J.-B. Capel, 1788, in-4, pleine basane racinée de l’époque, dos lisse, orné, XXVIII, 308 pp. Restaurations anciennes aux coiffes, un mors fendillé. Page de titre et dernier feuillet légèrement brunis, bon exemplaire cependant.

Dujols XI, 1910-1911, n° 241 : « Ouvrage d’une très grande importance pour l’étude de la Mythologie comparée avec la Kabbale ; c’est le seul qui ait été fait à ce point de vue. L’auteur examine successivement les traditions mythologiques des divers peuples et les ramène toutes à une commune origine ; il analyse la plupart des noms propres à ces traditions et les compare aux racines hébraïques selon la méthode de Fabre d'Olivet. On y trouve également l'explication ésotérique d’un grand nombre de fables. Des Chérubs. Du feu perpétuel, Transformations magiques, L’Urim et le Thummim. Les vestales. Le Sphinx. Le Quaternaire de Pythagore. Symbolisme des Pyramides. Culte des Nymphes. Les grandes fêtes de l'antiquité, etc. »

Ouvrage d’une extrême rareté, inconnu de la plupart des bibliographies : Guaita, Caillet, Dorbon… Pierre Dujols, dans sa notice n’évoque pas la principale thématique de cette très érudite investigation, laquelle figure en sous-titre de première page de cette étude : Essai sur le Béthélisme. D’ailleurs, l’auteur souligne dans sa préface que cette notion fondamentale qu’il propose comme étant commune à la plupart des mythologies, indique : « Cet exposé est celui du Béthélisme essentiel et primordial. Le sujet est neuf et n’a point encore été traité par aucun auteur, pas seulement entrevu. » Ce concept essentiel se trouvera par la suite analysé par Gougenot des Mousseaux, tout d’abord dans une courte publication intitulée « Le Béthel » puis, plus conséquemment développée dans « Dieu et les Dieux ». Il signale comme source principale de son œuvre les études du Chevalier Drach, et ne semble pas avoir eu connaissance des travaux de Girardet, pas plus que Drach d’ailleurs. Certains auteurs, directement liés au domaine de l’occultisme sont cités dans ce volume : Paracelse, Pomponace, Bodin, Del Rio, Gaffarel, … Un long chapitre traite des Chérubins. De nombreuses considérations sur le nom de Dieu : Elohim, Adonaï, El Shaddai…  L’ensemble des mythologies recensées à l’époque font ici l’objet d’investigations et sont elles aussi rattachées à ce concept. On y trouve même, fait assez surprenant à ce moment de l’histoire, une mention à propos des procédés divinatoires développés dans le Y.king. Ses larges vues le conduisent jusqu’à envisager l’évidence de certains secrets profonds de la nature : « Le hasard ou des recherches peuvent dérober à la nature son secret et si bien amalgamer les éléments et les agents physiques, qu’ils opèrent et dans un instant ce qui, par leur action ordinaire, demande des milliers de siècles, et qu’il en résulte des transmutations aussi promptes que celles du monde politique et moral. Le Grand Œuvre n’est pas impossible. »

 

 

12 11 18 022 127
12 11 18 022 127
2019-02-16

Fiche technique

Editeur
imprimerie de J.-B. Capel
Année
1788
Reliure
Livre relié
Langue
Français
1 100,00 €
TTC