Essai analytique sur les facultés de l’âme

Copenhague et Genève, chez Philibert, 1769, 2 tomes reliés en un volume, in-8, plein veau de l’époque, dos lisse orné, triple filet sur les plats, tranches rouges, XLVIII, 324 ; II, 320 pp. Coiffe supérieure restaurée.

Œuvre première de la doctrine principale de cet auteur qui consiste en une précise et cohérente théorie de la métempsychose en contexte occidental. Hoefer (nouvelle biographie générale) : « Son essai de psychologie, publié en 1754 et l’essai analytique des facultés de l’âme, qui parut en 1760, sont des monuments élevés à la hardiesse et à la profondeur des conception humaines. Parti du principe de relation entre l’âme et le corps, il en conclu la nécessité d’un organe matériel pour l’exercice de l’intelligence ; il explique, par l’excitation des molécules de cet organe, l’association des idées dont les sens sont la source. Pour lui, l’influence du physique sur le moral est en dehors de toute contestation. Sur le siège de l’âme on lui doit une idée ingénieuse, trop subtile peut-être : ne pouvant concilier son immatérialité avec l’occupation d’une partie de l’espace, il veut que l’âme ne soit que présente au cerveau, et, par cet organe, au reste du corps. ». Dujols, qui ne propose pas notre texte, donne d’intéressantes analyses dans son catalogue I, n°14 à propos d’une autre œuvre majeure de Bonnet « La Palingénésie philosophique, 1770. Dans son catalogue XII, n°160, Dujols analysera également d’une façon très judicieuse une autre œuvre de Bonnet « Contemplation de la Nature », 1767. Bien entendu, nous trouverons une filiation de pensée des plus intéressantes entre le système exposé par Bonnet et celui de son continuateur, Ballanche (le Maître de l’Ecole mystique de Lyon), qui fut secrétaire de Fabre d’Olivet (?). Edition originale de ce système leibnizien.

 

 

12 11 19 022 144
12 11 19 022 144
2019-02-16

Fiche technique

Editeur
chez Philibert
Année
1769
Reliure
Livre relié
Langue
Français
500,00 €
TTC