Mélanges d’archéologie, d’histoire et de littérature, rédigés ou recueillis par les auteurs de la monographie de la cathédrale de Bourges

Paris, Poussielgue-Rusand, 1847-1856, 4 volumes in-4, demi-chagrin vert de l’époque, IV, 262 pp. et XLV planches – IV, 267 pp. et XXXIX planches – IV, 292 pp. et XXXIV planches – IV, 312 et XXXV planches.

Sans doute l’ensemble le plus dense et le plus érudit sur tous les aspects de la symbolique chrétienne, ses origines les plus anciennes et les plus diverses, qui fut l’une des bases principales des recherches d’auteurs contemporains tels que Louis Charbonneau-Lassay. Nombreuses investigations aux sources du symbolisme chrétien, consacrées à la statuaire, aux monnaies, au mobilier, aux divers ornements, à l’architecture, aux manuscrits mystiques et religieux, aux estampes, aux ivoires, … Nombreux développements autour de doctrines telles que la gnose, l’arianisme, la kabbale, (voir notamment, d’une part le chapitre VIII du tome I et, surtout le chapitre XI sur les diverses croix, comportant quelques pages sur la croix kabbalistique de Maestricht et sur la kabbale et ses procédés). Parmi les très nombreux chapitres de ce monument encyclopédique sur la symbolique chrétienne, de nombreuses investigations sur la symbolique animale (bestiaires, thème repris et développé longuement dans chacun des volumes), sur les ornements, médaillons et couronnes,  à propos des antiquités de la cathédrale de Frisingue, un exposé de la mythologie de son mystérieux pilier concernant Siegfried et la Valkyrie, un long exposé sur les rituels et le bâton pastoral sous ses formes successives, y compris, bien sûr, les crosses et les nombreux fonts baptismaux (explication historique et symbolique), un chapitre sur la Synagogue et l’Eglise, etc. etc.

Le dernier volume comporte le texte d’une lettre de  François Lenormant au R.P. Martin à propos d’une inscription relevée dans la cathédrale d’Autun sur laquelle son fils avait travaillé et à propos, entre autres, du culte et de la représentation de Mithra dans ce lieu (ou prêtre de Sabazius).

Sous le pseudonyme de d’Achery, Cahier publia dans les Annales de Philosophie Chrétienne plusieurs articles, dont certains sur les principes de l’art religieux au Moyen Age qui seront repris par René Guénon dans Orient et Occident et dans La crise du monde moderne. Par ailleurs, les origines communes de toutes les symboliques religieuses et mythologiques développées par Creuzer trouveront un écho favorable dans les travaux de nos deux auteurs. Emile Mâle leur rendit hommage dans Le dictionnaire des auteurs chrétiens. Il convient également de souligner la grande proximité de leurs recherches avec celles de Mgr Devoucoux.

Outre les cent cinquante-trois superbes planches hors texte figurant en fin de volumes, très souvent en couleur, les figures abondent tout au long du texte.

 

12 11 20 022 167
12 11 20 022 167
2019-02-16

Fiche technique

Editeur
Poussielgue-Rusand
Année
1847
Reliure
Livre relié
Langue
Français
600,00 €
TTC