L’Echo du Merveilleux, du numéro 1 (15 janvier 1897) au numéro 313 (15 janvier 1910) - Tête de collection complète

L’Echo du Merveilleux. Revue bimensuelle dirigée par Gaston MERY. Tête de collection complète du numéro 1 (15 janvier 1897) au numéro 313 (15 janvier 1910)

Paris, boulevard de Clichy, puis rue Bergère, puis rue Monsieur Le Prince, puis chez Alfred Leclerc, 1897-1910, 11 volumes in-4, demi-basane grenat, dos lisses, ornés, couvertures conservées, reliures de l’éditeur, II, 368 et une planche hors texte ; IV, 480 ; IV, 480 ; IV, 480 ; IV, 480 ; IV, 480 ; IV, 480 ; IV, 480 ; IV, 480 ; IV, 480 ; IV, 480 pp. et 49 fascicules in-4, agrafés, sous emboîtage cartonné de l’époque, IV, 480 pp. (manque un fascicule n°274) ; 480 pp. ; IV, 40 pp. Bon état général. Quelques rares rousseurs sur les derniers fascicules.

Rarissime ensemble. Véritable encyclopédie des Sciences occultes, comportant le plus grand nombre de personnages, expériences, processus variés qui aient jamais été recensés par ailleurs. Comporte un grand nombre d’articles consacrés à l’ensemble des phénomènes visionnaires : outre les nombreux articles consacrés à la voyante de Tilly-sur-Seulles, on trouve des communications à propos d’Eusapia Paladino, Martin Gallardon, Mme Piper (célèbre médium) Claire Vautier... Les recherches psychiques sont en effet ici très largement représentées. Charles Chauliac, secrétaire de  Gougenot des Mousseaux, publiera en plusieurs communications un fort curieux témoignage manuscrit sous le titre « L’historiette de Malbec » relatif à un esprit infernal qui persécuta une malheureuse famille. Les sciences occultes sont également bien représentées : Eugène Vintras, l’abbé Boullan, Mérovak, Guaita, Huysmans… On trouvera d’ailleurs le témoignage d’un proche d’Edouard Dubus, ami de Stanislas de Guaita qui connut une fin tragique (qui fut également un temps employé à la Librairie du Merveilleux, lieu où il se documenta et fut initié à la kabbale et aux pratiques magiques). Outre les nombreuses communications de Gaston Méry, articles d’Albert Jounet, Charles Chauliac, Joséphin Péladan (Nébo), Henri Louatron, Papus, Jules Bois, Eugène Ledos, Ely Star, Paul Sédir, Albert de Rochas, Charles Varaigne, Jean Darles, Mme Fraya, V. Descreux, le Dr Rozier, le futur Sénateur Raymond Duplantier, le Dr Grasset, Mme de Thèbes, Gaston Crosnier… De nombreux numéros comportent des portraits souvent en première page et des illustrations photographiques. Signalons une très curieuse polémique (article comportant une figure) engagée vers 1897 par l’un des proches de Vintras, Souleillon, témoin de ses actions prophétiques, à propos des fameuses hosties contre les témoignages d’Eliphas Lévi, Stanislas de Guaita, Huysmans, Jules Bois et l’abbé Boullan. Relevons également un très précieux témoignage sur le satanisme constitué d’une lettre inédite de Huysmans sur le sujet, adressée à l’abbé Boullan et accompagnée de la réponse de ce dernier. Document communiqué par Jean de Caldain qui conclue : « de cette volumineuse correspondance qui dura du 6 février 1890 au 4 janvier 1893, date de la mort mystérieuse de l’abbé Boullan, il résulte que non seulement les prodiges d’apport de matérialisation et de lévitation sont d’authentiques et indiscutables faits ; mais aussi que les spirites, qu’ils le veuillent ou non, sont, à des degrés divers, des « satanisants » Ces documents que me léga mon Maître et ami Huysmans me permettent d’en établir l’irréfutable preuve ». L’un des derniers numéros de cette importante série, le 1er août 1909, est un dernier hommage au fondateur de cette importante revue, Gaston Méry. Son parcours (article de Georges Malet), un témoignage émouvant de Georges Meunier, un récit des obsèques. Ces condoléances seront complétées, dans le numéro du 1er septembre 1909 par un article de Nébo/Péladan sur le leg scientifique de Gaston Méry.

Nombreux comptes rendus (très détaillés) de publications dans le domaine de l’ésotérisme, analyses, recensement d’articles et controverses, le tout constituant une dense et riche documentation pour une étude approfondie de ce domaine. Ces études minutieuses et très documentées (on ne saurait retrouver nulle part la trace d’un tel recensement), dans le contexte et à une époque où abondent les grandes figures de l’occulte, forment un ensemble incontournable.

On joint une lettre tapuscrite, datée signée et à la plume, de Gaston Méry. 3 pages (21,5 x 27 cm), d’environ 35 lignes à la page. Il expose les circonstances dans lesquelles la revue fut fondée, et l’intérêt de la poursuite des investigations et « d’un véritable voyage de découverte à travers l’immense pays du merveilleux ». La permanence de la recherche de faits nouveaux (Tilly) doit s’accompagner d’un constat précis sur le terrain par une mise en observation des faits et des personnages. Ce courrier dont on ignore le destinataire, est à effet de rassembler des capitaux.

Ensemble d’une insigne rareté.

 

 

12 11 26 13 020 055
12 11 26 13 020 055
2016-03-08

Fiche technique

Editeur
Alfred Leclerc
Année
1897
Reliure
Livre relié
Langue
Français
4 800,00 €
TTC