La Clavicule de la Science Hermétique écrite par un habitant du Nord dans ses heures de loisir, l’an MDCCXXXII

Amsterdam, Pierre Mortier, 1751, in-12, 73 pp. et 13 pp. de catalogue de l’imprimeur, plein veau de l’époque, dos à nerfs orné de caissons fleuronnés, dorés. Page de titre rapportée en fac-similé sur papier ancien. Cachet d’appartenance Armand de Terwangne, un dessin symbolique au crayon au premier feuillet blanc.

Fort rare traité d’alchimie. « A propos du symbolisme de la croix de St André et du chiffre X, dans lequel se trouverait « la base de la Cabale de Pythagore, ou de la langue universelle », Fulcanelli rappelle qu’on en « peut voir un curieux paradigme au premier feuillet d’un petit livre d’alchimie, la Clavicule de la Science Hermétique ». Ce n’est pas, en effet, un des moindres intérêts de ce court mais dense traité, que la lecture cabalistique qui y est faite de la table de Pythagore, du « Tétragramme des Grecs et Schemhammephorasch des Hébreux ». Car ce à quoi vise son mystérieux auteur, probablement islandais ou norvégien, c’est à restituer la doctrine alchimique originelle, qui, ayant vu le jour en Egypte, nous fut transmise de manière voilée, par les Grecs, les Hébreux, les Arabes, et qu’on ne saurait retrouver dans sa pureté et sa simplicité primitive qu’en suivant la seule Nature.

Rédigée en latin en 1732, la Clavicule de la Science Hermétique fut publiée pour la première fois à Marburg en 1746 ; elle fut rééditée en 1751, à Amsterdam, accompagnée d’une traduction française en regard, puis en 1786, toujours avec sa traduction française, mais sans mention de lieu ». (Jean-Claude Bailly, pour la réédition parue en 2006). Duveen p.138. Caillet 2392. Ferguson p.163 pour l’édition de 1786. Ouvaroff 1475, 1476. Dorbon 763 pour la troisième édition, 1786.

 

 

12 11 12 022 005
Anonyme
12 11 12 022 005
2019-02-15

Fiche technique

Editeur
Pierre Mortier
Année
1751
Reliure
Livre relié
Langue
Français
1 800,00 €
TTC