L’Eternel Féminin et le Génie de l’Amour ; d’après le Plan émotionnel supérieur, et les desseins secrets de la Création

Manuscrit original signé comportant 22 feuillets tapuscrits, entièrement paginé, avec caractères à la plume (encre verte), signature également à la plume (encre noire), sur papier jaune, rédigés au recto, encres rouge et verte, puis noire, format 21 x 27 cm. Deux feuillets contrecollés (Statuts et règlement de la Loge Isis). Un dessin au crayon et à l’encre noire, d’après une gravure représentant le type primitif-humain ou Androgyne.            

Né en 1880 et instruit par les Jésuites, Franc-maçon de haut niveau, Georges Monti a fréquenté les plus grands occultistes de son temps et fut le secrétaire particulier de Joséphin Péladan. Il appartint au Rite Ecossais et fut Commandeur de Malchut du Temple de la Rose+Croix de Toulouse. Egalement proche de Papus, celui-ci lui aurait confié une mission secrète en Egypte en 1908, où Monti désirait établir un contact avec les héritiers des Frères d’Héliopolis. Il axe ses recherches sur le rite maçonnique Memphis Misraïm. Appuyé par de hautes loges allemandes, il sera Commandeur à la Rose-Croix de Bavière en 1920 ; en 1922, il est initié dans l’Ordre du Temple de l’Est. Il intègre en 1924 le Conseil Suprême de la Rose-Croix de Bavière en devenant l’un des sept commandeurs. Il appartint (avec Maurice Magre, Jean Marquès-Rivière, Zam Bhotiva, Camille Savoire, Fernand Divoire…) au groupe des Polaires. Egalement appelé Comte Georges Monti, en 1933 il se tourne vers la kabbale et, suite à sa conversion au judaïsme et à son entrée au B'nai B'rith, se fera désormais appeler Comte Israël Monti. Dans certains cercles il est plus connu sous son nom initiatique Marcus Vella (il aurait signé ainsi un courrier adressé à Anne Osmont, également sur papier jaune). Constatant le décès de son ami en 1936, le docteur Camille Savoire diagnostiquera un empoisonnement. Monti fut en relation avec l’O.T.O. (Ordo Templi Orientis) dont le grand maître était Aleister Crowley – y appartint-il, comme veut nous le faire croire Mme Anne Osmont ? La question demeure, tout comme celle d’une élimination diligentée par les groupes en lien avec Aleister Crowley. Il fut probablement le fondateur du groupe Alpha Galates, et y propulsera le jeune Pierre Plantard (auquel on attribue souvent à tort l’origine du groupe). Plantard reprend en fait la tête de cette organisation bien après le décès de son mentor, en 1942. D’aucuns affirment que le comte Monti fut au centre des « affaires » autour de Rennes-le-Château et du Prieuré de Sion, qui le concernent certainement mais dont on ne connait toujours pas l’origine réelle. On a également évoqué à son propos quelques intrigues politiques et d’espionnage du fait de ses hautes relations en Grande-Bretagne et en Allemagne. Il était proche du duc de Conaught, alors Grand Maître de la Grande Loge Unie d'Angleterre. La première partie est consacrée aux mythes de création de l’homme, qui rappellent tous, en Inde, en Perse, en Grèce, son état primitif androgyne. Le rapprochement entre la tradition chinoise et celle de Moïse manifestera le plus nettement l’unité de la Tradition universelle, puisque l’encyclopédie Eul-ya (le plus ancien des dictionnaires chinois, un des treize classiques du confucianisme) décrit la création des poissons à l’est, des oiseaux au sud, des quadrupèdes à l’ouest et de l’androgyne au nord, tandis que « le centre est occupé par un serpent à deux têtes dans le nom duquel entre le caractère Tchy (espèce d’oranger, arbre de Médie ou de l’Empire du Milieu) qui rappelle la Pomme indiquée à Eve par le serpent ».

Les détails originaux relatifs au Nord, qui abrite la création des hommes-doubles, renouvellera avantageusement l’attention portée aux légendes hyperboréennes. « On voit que Platon a eu connaissance de la Création de l’Androgyne primitif, ainsi que de la révolte des premiers hommes contre Dieu. Ces traits, grâce à des traditions universelles venues du berceau-même de l’Humanité, appartiennent au fond commun de toute véritable religion ».  Dans la seconde partie - donnée sous forme de conférence en l‘Hôtel des Sociétés savantes de Paris (décembre 1924, janvier 1925) – Georges Monti dessine la voie où « l’amour devient l’effort conscient du MOI, tendant à se compléter, à se manifester, en un mot à s’affirmer. » C’est d’une plume aussi lyrique que rigoureuse, qu’est tracée, aux antipodes du “Grand Eunuquiat de la Pensée” la voie du Mariage, s’adressant aux êtres qui souhaitent la triple rencontre en corps, en âme et en esprit, car si « les rencontres d’âmes sont rares et toujours graves ; les rencontres d’esprit plus rares et plus graves (…) La triple rencontre c’est la formule du Grand Œuvre Humain » pour laquelle le microcosme dont parlent les philosophies antiques est le couple androgynique plutôt que l’homme solitaire. Officiant dans la Science conjugale, choyant son épouse comme une plante magique, “L’Homme de Génie est comme un athanor - un creuset alchimique où toute sensation versée par la Femme se transmue en Beauté”. Ainsi “la Femme se lie à l’esprit pur ; l’Homme participe à l’Âme pure ; tel est le véritable mariage”. Les règlements et statuts de la loge ISIS rappelleront l’importance de la femme dans les confréries antiques, et décrivent, en particulier, les épreuves et prérogatives réservées aux «  honnêtes, pieuses, instruites et Grandes Dames, admises aux bénéfices intellectuels et moraux du Groupement » quoique « L’initiation des Dames-damées, Conduite, Tenue, ou Assemblée, sera toujours séparée de celle des Hommes, leurs signes différents, leur mot d’ordre divers ». Précieux et unique document initiatique.

12 28 019 008
12 28 019 008
Il n'y a pas assez de produits en stock.