Bigarrures philosophiques...

Bigarrures philosophiques. Première partie : Les visions d'Ibraïm, philosophe arabe. Essai sur la nature de l'Âme ou Examen de cette célèbre proposition de M. Locke : Dieu peut donner, s'il veut, à certains amas de matière, disposés comme il le juge à propos, la faculté d'apercevoir & de penser. Bigarrures philosophiques. Seconde partie : Voyage aux limbes

Amsterdam & Aleipsick, Arkstée & Merkus, 1759, 2 tomes reliés en un volume, petit in-12, demi-veau brun à coins de l'époque, dos à nerfs orné, XII, 244 ; IV, 294 pp.

Rarissime texte attribué à Tiphaigne de La Roche. On connait surtout de cet auteur son texte « Amilec » qui connut de nombreuses éditions. Quelques auteurs de référence du domaine alchimique du XXe siècle (Canseliet et Fulcanelli) ont souligné le substrat hermétique de cette curieuse utopie. Par ailleurs, dans l'une de ses autres productions romanesques, « Giphantie » Tiphaigne a provoqué quelques étonnements en décrivant un appareil « photographique » avec plaques sensibles conservant les images, dès l'année 1770. Il évoque également un futur où l'homme se nourrira de tablettes alimentaires déshydratées. Notre texte « Les bigarrures » est l'une des productions les moins communes de cet auteur et témoigne comme l'a indiqué son biographe Jacques Marx de son intérêt pour l'hermétisme.

Deux chapitres sont consacrés à Van Helmont et ses travaux sur l'Arché. Le contenu général développe entre autres le thème du rêve considéré comme moyen d'investigations et l'on ne peut s'empêcher d'établir un rapprochement avec un théoricien en matière de pratique oniriques qui séduira André Breton et les surréalistes : John W. Dunne « Le temps et le rêve ». Par ailleurs, Tiphaigne, adepte de l'astrologie médicale, connaissait parfaitement l'œuvre de Richard Mead qui publia quelques thèses en cette matière et s'intéressa également de près au phénomène de la sympathie. En fait, ce texte atteste de la vitalité du courant naturaliste et occultiste dans la seconde moitié du XVIIIe siècle et l'unique biographe de Tiphaigne, J. Marx, souligne le fort intérêt de notre auteur pour la kabbale et l'hermétisme. Dans l'un des chapitres de ces bigarrures, se trouve relatée la légende de Totis. Il contient également un essai sur la nature de l'âme selon les propositions de Locke. Un chapitre est constitué d'une apologie de Thomas Campanella. Caillet 10699 signale (par erreur ?) un frontispice dans l'exemplaire de la Bibliothèque Nationale (le document numérisé n'en contient pas plus que notre exemplaire). La notice de Guaita 2162 signale également un frontispice qui n'a sans doute pas été placé dans la totalité des exemplaires. Jacques Marx, dans son étude très minutieuse de l'œuvre de notre auteur ne signale pas de frontispice pour ce titre, dans sa bibliographie pourtant très précise.

12 12 026 022
12 12 026 022
750,00 €
TTC