Bagavadam ou Doctrine divine, Ouvrage... canonique sur l'Etre Suprême, les Dieux, les Géans, ...


Bagavadam ou Doctrine divine, Ouvrage indien, canonique sur l'Etre Suprême, les Dieux, les Géans, les Hommes, les diverses parties de l'Univers, etc.

Paris, chez La Veuve Tilliard & Fils et Clousier, Imprimeur du Roi, 1788, in-8, plein veau marbré de l’époque, dos lisse, orné, LXIV, 350 pp. Infimes restaurations aux coiffes, bon état général.

Le « Bagavadam » ou « Bhagavata Purana »  est considéré comme l'un des plus importants puranas. Il raconte l'histoire de Vishnou, et aborde l'histoire de la création, de la conservation, de la destruction de l'univers...

Edition originale de la traduction. Caillet 4119 : « Cet ouvrage selon Quérard aurait été traduit du Sanscrit d’après une version Tamoule, par un Malabare chrétien nommé Maridas Poullé ». Egalement auteur de « La Civilisation indienne et les fables hindoues du Panchatantra » et traducteur des « Fables hindoues du Panchatantra ». D’après Barbier, cette traduction de Maridas Poullé fut publiée par Foucher d'Obsonville. Voir également l’ouvrage de Roland Lardinois « L’invention de l’Inde: Entre ésotérisme et science » : « … cette traduction du tamoul a en effet été réalisée par Maridas Poullé (1721-1796), à l’initiative de Foucher d’Osbonville en poste à Pondichéry dans les années 1760 ; voir H. Hosten : « Le Bhâgavata. D’après un texte Sen tamoul. Nouvelle traduction de Maridas Poullé de Pondichéry 1793-1795 »

Notre ouvrage se trouve également référencé dans le troisième tome de l’Encyclopédie catholique, Répertoire universel et raisonné des sciences, des lettres, des arts et des métiers… publié sous la direction de l’abbé Glaire : « C’est la dix-huitième partie des poèmes sacrés des Hindous, appelés Puranas ; les Hindous en font un tel cas que, si on leur en récite quelques vers, ils se lèvent aussitôt et se découvrent, fait dont Fra Paolino, dans ses Voyages dans les Indes orientales, rapporte plusieurs exemples. Ce poëme, écrit en vers non rimés, a pour sujet la vie de Crischna ou l'histoire des neuf transformations du dieu Wischnou. Les treize premières strophes du texte primitif furent publiées en 1790 par Fra Paolino dans sa Grammaire samserdanique Sidharubana. La traduction française par Méridas Poulé, interprète de la compagnie des Indes orientales, traduction que l’on conserve à la Bibliothèque royale de Paris, a été publiée sans nom d'auteur par Foucher d'Obsonville, sous ce titre : Bagavadam, ou Doctrine divine, Ouvrage indien, canonique sur l'Etre Suprême, les Dieux, les Géans, les Hommes, les diverses parties de l'Univers, etc. Paris, 1778, in-8°. Deguignes a donné dans les Mém. de l‘ac. des inscript, des Réflexions sur un livre indien intitulé Bagavadam. Niehuhr, dans ses voyages, intitule ce poème Shri-baha-gavant-poram ; ce qu’il faut remplacer, d’après Fra Paolino, par Shri-bhagavada-purana ».

12 24 026 198
12 24 026 198
800,00 €
TTC